La vitesse de chargement de vos pages compte pour votre référencement

L’optimisation pour les moteurs de recherche est un domaine où les changements sont fréquents, et où l’on doit s’adapter rapidement, si l’on veut pouvoir atteindre ou conserver une bonne place dans les moteurs de recherche.

 

En 2006, une étude d’Akamai nous informait que 75 % des visiteurs ne retourneraient probablement pas sur un site dont le temps de chargement dépasse les 4 secondes.

Une étude plus récente de Fiona Fui-Hoon Nah de l’University du Nebraska nous révèle qu’en 2009, le temps d’attente tolérable était de 2 secondes.

  • En 2010 Google a annoncé qu’il allait commencer à intégrer le temps d’ouverture des pages dans son algorithme.
  • En 2013 Matt Cutts (Google) annonce la mise en place d’un critère de classement, basé sur les temps d’affichage des pages sur mobiles.
  • En 2014 Google annonce son intention de crawler les sites (à petite échelle pour commencer), comme le font les moteurs de recherche, afin de mesurer correctement les temps de chargement.

 

Mais pourquoi le temps de chargement a-t-il tant d’importance pour Google ?

Google est garant des résultats qu’il propose, s’il vous envoie trop souvent sur des pages qui ne vous donnent pas satisfaction à cause du temps d’ouverture ou du contenu, vous pouvez être amené à utiliser un autre moteur de recherche.

Pour Google ce qui compte c’est la satisfaction de l’internaute, votre site doit donc offrir une navigation tout ce qu’il y a de plus agréable.

 

Le temps de chargement influe également sur vos affaires !

Toujours selon l’étude Akamai de 2009 :

  • 47 % des internautes attendent un temps de chargement de 2 secondes ou moins.
  • 40 % abandonnerons une page si elle met plus de 3 secondes à charger.
  • 52 % des acheteurs en lignes confient que la rapidité du temps de chargement des pages influe directement sur leur fidélité envers un site.
  • 14 % des acheteurs iront faire leurs achats sur un autre site si le temps de chargement est trop long. 23 % arrêteront leurs achats ou passeront à une autre activité.
  • 64 % des acheteurs déçus par leur site, iront faire leurs courses ailleurs la prochaine fois.

Comment connaitre la vitesse de chargement des pages de votre site ?

Allez sur GTmetrix.com et entrez l’adresse de votre site Internet. Celui-ci sera immédiatement scanné, et vous obtiendrez un classement avec des recommandations vous indiquant comment améliorer votre score.

Résultats GTmetrix de site clé en main

GTmetrix utilise deux outils de mesure de référence qui sont : Google’s Page Speed et Yahoo’s YSlow.

En utilisant GTmetrix, vous obtenez des recommandations des deux services, qui vous permettront d’optimiser au mieux votre code.

GTmetrix est un service gratuit, vous pouvez y ouvrir un compte qui vous permettra de sauvegarder les résultats de vos analyses, et de suivre la progression de vos travaux d’optimisation.

10 façons de rédiger un texte efficaces (2e partie)

Après avoir vu dans la première partie de 10 façons de rédiger un texte efficace, « le texte simple » et « le récit », nous continuons avec la conversation :

 

3. La conversation

Dans ce style de texte, vous écrivez comme s’il y avait une conversation entre deux personnes : le rédacteur et le prospect. Le langage ici ne sera pas différent de celui tenu par un vendeur, qui fait une offre commerciale au client avec lequel il est assis pour déjeuner. C’est une approche simple et directe, qui place le lecteur dans la position du client :

« Je sais ce que vous ressentez, j’ai ressenti la même chose. Tout a changé quand j’ai trouvé x, y et z… »

Gardez à l’esprit que vous n’avez pas besoin d’être un rédacteur utilisant un langage soigné, pour créer un texte conversationnel efficace. Bien souvent, il suffit de simplement laisser filtrer de votre texte, la passion que vous avez pour le produit que vous présentez.

En fait, vous pouvez tout simplement enregistrer une conversation de vente concernant le produit. Puis vous la retranscrivez, afin qu’elle vous serve de brouillon.

4. Le texte « John Lennon »

Quand John Lennon demande « d’imaginer qu’il n’y a ni paradis ni enfer, pas de pays, pas de religion ou de guerre, il utilise un outil de persuasion très efficace : le texte imaginatif.

En tant qu’annonceur, vous pouvez par exemple demander à votre public cible, d’imaginer un moyen facile de perdre du poids.

Le texte imaginatif comprend généralement dans le premier paragraphe des mots comme “imaginez”, “fermez les yeux”, “faites pendant un moment comme si”, ou “découvrez”.

Le texte imaginatif vous invite à imaginer votre vie d’une certaine manière – en laissant entendre que ce serait comme si vous viviez votre rêve. Ensuite, le rédacteur dépeint comment ce produit contribuera à la réalisation de ce rêve.

5. La longue lettre

Le fondement de la longue lettre est que “plus vous donnez d’informations, plus vous vendez”.

Pourquoi ?

Contrairement à une conversation en face à face avec un client, la lettre de vente n’a qu’une seule chance de convertir le lecteur en acheteur. Il faut donc fournir au lecteur toutes les informations dont il peut avoir besoin.

 

 

6. Le texte du poète

Nous aimons la poésie et les poètes. Mais nous ne sommes pas admirateurs des talents de nos poètes au point d’imiter leur modèle, au détriment de ce que nous enseignent les techniques de vente.

Notre but n’est pas de convaincre notre public de notre intelligence et de notre aisance littéraire – notre objectif est de vendre grâce à notre texte.

Nous vendons, mais il nous est permis de vendre avec style, et notre côté poète permet de gommer l’approche froide et déterminée du vendeur…

Le rédacteur-poète voit l’écriture comme un moyen de réaliser des ventes en mêlant style, créativité et élégance.

7. La lettre du “Président directeur général”

Positionner son argumentaire de vente en endossant le rôle du fondateur de l’entreprise. La lettre établit une communication entre le chef de l’entreprise et le client. Le client découvre ainsi que le PDG n’est pas une créature froide, distante et uniquement intéressée par le profit. Il découvre une personne profondément humaine et conviviale, qui se soucie du bien-être et de la satisfaction de ses clients.

8. Le texte “en toute franchise”

Certains rédacteurs exposent dans leurs textes tous les détails de leurs produits, y compris les défauts. Cette approche se fait en commençant par le signalement des défauts.

Ainsi lorsqu’il s’agit d’une voiture, le vendeur franc signalera la longue liste de réparations devant être réalisées : les plaquettes de frein usées, la transmission qui fuit, le compteur de vitesse qui ne fonctionne plus… Puis il introduira l’intérieur cuir, le toit ouvrant, le train de pneus neufs, le système stéréo et le moteur suralimenté.

Il annonce franchement que cette voiture aura besoin de soins et d’affectuosité, et il ne cache pas qu’il va y avoir beaucoup de travail à réaliser.

Et une chose curieuse se produit : lorsque l’on est honnête et transparent sur les faiblesses d’un produit, le client nous fait confiance.

Lorsqu’un lecteur nous fait confiance, il est beaucoup plus enclin à nous croire lorsque nous lui soulignons les qualités de notre produit.

9. Le texte superlatif

Ces textes contiennent des affirmations surprenantes, saisissantes, qui éveillent immédiatement l’intérêt. Des affirmations telles que :

“Le matériau révolutionnaire extrait de cette mine pourrait faire gagner une fortune aux investisseurs en 2014”.

“De nombreuses boutiques en France vendent, ce que certains appellent déjà la diète miraculeuse”.

Seulement, vous ne pouvez faire e type d’affirmations sans preuves à l’appui. La preuve sera scientifique, statistique ou sous forme de témoignage – l’idéal étant une combinaison des trois.

Le problème avec le texte superlatif est qu’il est souvent difficile de faire des allégations “exotiques”, sans avoir l’air d’exagérer. Il est donc conseillé d’utiliser ce type de texte avec parcimonie.

D’une manière générale, il est bon de délaisser les exagérations.

10. Le texte élitiste

On l’appelle aussi texte de rejet. Il constitue une approche diamétralement opposée aux approches conventionnelles. Le rédacteur tente de décourager son lecteur de s’intéresser à son produit, parce que le lecteur ne correspond pas aux critères requis par ce produit.

Cette approche est un défi lancé au lecteur. Défi qui s’appuie sur l’idée que seul un ensemble exclusif de gens pourra être invité à utiliser se produit.

Par exemple, la Black Card d’American Express est réservée aux personnes les plus riches aux monde et aux élites. Autrement le seul moyen d’en avoir une, c’est en étant invité.

Le site de rencontre américain Beautiful People est également un exemple marquant. Ceux qui désirent faire partie de ce club constitué de “belles personnes” doivent être élus par des membres du site.

Le rejet fait réagir le lecteur, qui ne s’attend pas à un rejet, et encore moins de la part d’un annonceur.

Cette approche touche également à notre volonté d’appartenance. Il stimule notre curiosité et déclenche notre orgueil. Elle nous fait penser : “Comment osent-ils dire que je ne pourrais pas être assez bon pour entrer dans leur club ? Je vais leur montrer”.

 

À vous maintenant…

En fin de compte, le texte efficace combine plusieurs de ces techniques dans une publicité.

Le PDG d’une entreprise écrit une lettre de vente sous forme de conversation, construite autour de l’histoire de sa passion pour son produit (qu’il s’agisse de pêches ou de pompes à eau).

Un rédacteur écrit une longue annonce élitiste, qui explique pourquoi certaines personnes n’ont pas reçu d’invitations à diner, pour la réception exclusive donnée dans un restaurant select de la ville.

Ou un tailleur de Savile Row, qui écrit une lettre de vente simple, mais élégante, expliquant que ses costumes ont été portés par des rois et des présidents.

C’est l’art et la science de la rédaction.

10 façons de rédiger un texte efficace

Pour le rédacteur web, la rédaction de textes accrocheurs est à la fois un art et une science.

C’est un art, car cela nécessite d’avoir de la créativité, le sens de la beauté et du style — une certaine aptitude, de la maîtrise et des connaissances particulières. La publicité artistique vous permet de créer du contenu qui en plus d’être concret et convaincant, est également porteur d’inspiration et magnifique.

La rédaction de textes accrocheurs est également une science. Et la publicité scientifique permet de développer une idée, puis de la tester, et les résultats permettent de mesurer l’impact de votre marketing de contenu.

Dans les mauvais textes, un (ou deux) de ces éléments sera manquant. Dans un bon texte, ces deux éléments sont présents en abondance.c-est-bon-pour-le-moral

Continuez votre lecture, car nous allons étudier 10 exemples concrets et fonctionnels de textes efficaces et accrocheurs.

1. Le texte simple

L’approche la plus basic pour écrire un texte efficace consiste tout simplement à présenter le produit, sans effet de style. Une simple présentation des faits, et des avantages.

Il n’y a pas d’histoire, pas de conversation, et pas d’émotions.

Ce texte ne remportera pas un prix de littérature. Mais il remplira sa mission efficacement, en allant droit à l’essentiel. Il fournira au prospect les informations dont il a besoin, afin de prendre une décision éclairée au sujet de ce produit.

2. Le récit

Tout le monde aime les bonnes histoires.

Nous aimons entendre les récits des gens. Et plus particulièrement lorsque cela concerne des personnes intéressantes. Nous pouvons conter les histoires de personnes ayant relevé des défis, ou surmonter des épreuves, en expliquant comment elles sont parvenues à vaincre leurs difficultés.

Et « comme par hasard », la morale de l’histoire sera que votre produit aura été le catalyseur permettant de surmonter leurs difficultés.Parler_d_un_recit_ou_d_un_texte

On peut retrouver le style « récit » dans un courriel, une page d’accueil, ou une petite vidéo. Quel que soit le format, votre récit aura quatre caractéristiques fondamentales :

 

vous aurez quatre caractéristiques fondamentales dans le récit :

Introduction : Introduisez la douleur. Montrez que le personnage de votre histoire avait une vie tout à fait normale, avant que celle-ci ne soit brisée par des événements.

Conflit : Quelles menaces pèsent sur la vie du personnage principal, s’il ne trouve pas de solution à son problème ? Quelles étaient son expérience et ses connaissances avant de s’attaquer à ce défi ?

Dialogue : Les gens sont attirés par les conversations dans un récit. Lorsque deux personnes parlent entre elles, cela éveille l’intérêt (curiosité) humain. Le dialogue est également attirant parce qu’il est facile à lire. Ainsi le romancier Chuck Wendig dit que : « Nos yeux coulent sur le dialogue, comme le beurre sur le capot d’une voiture chaude ».

Solution : Finalement, le produit est présenté comme étant le remède aux problèmes de votre personnage.

Votre histoire n’a pas besoin d’être dramatique ou spectaculaire. Elle doit seulement être intéressante pour le public que vous ciblez.

3. La conversation

Dans ce style de texte, vous écrivez comme s’il y avait une conversation entre deux personnes : le rédacteur et le prospect.

La suite dans : 10 façons de rédiger un texte efficace (2e partie).

 

Le rédacteur web communique avec les « vraies gens »

Ne l’oubliez pas, le rédacteur web n’est pas un écrivain. Oubliez ce que vous avez appris à l’école sur le style, et les règles de ponctuation. Car vos professeurs de français ne vous ont pas appris à vous adresser aux vraies personnes.

Si le rédacteur web s’adresse à ses lecteurs comme le fait un écrivain, il les fera inévitablement fuir, sans avoir pu leur transmettre son message. Être un rédacteur web ne se résume pas à écrire des textes avec une bonne orthographe, et une bonne grammaire. Non, l’objectif du rédacteur est de communiquer, d’aider les gens à vendre des produits, ou des services. En conséquence pour « communiquer » le rédacteur doit s’adresser à de vraies personnes, en leur parlant comme parlent les vraies personnes.mots-redac-web

En d’autres mots, la « clé » pour devenir un bon rédacteur est d’écrire efficacement, plutôt que correctement. Vous devez vous préparer à tordre, ou à casser certaines règles, pour atteindre les objectifs de votre mission.

Voici quelques exemples :

 

Écrivez à la seconde personne

Les règles de style traditionnelles veulent que, dans la plupart des cas, vous écriviez à la troisième personne. Mais lorsque vous écrivez sur un blog, ou que vous rédigez une lettre de vente, vous n’êtes plus un écrivain, vous êtes un communicant. Et comme tout bon communicant, vous vous adressez directement à vos interlocuteurs, pour faire passer votre message. Ceci implique le plus souvent d’avoir à écrire à la seconde personne, en utilisant des mots tels que vous, votre, et vous-même. Dans certains cas, on peut même être amené à utiliser la première personne (je, mon, le mien, moi, nous, notre). La troisième personne (il, elle, ils) est donc rarement appropriée, sauf dans le cas où vous racontez une histoire.

 

Utilisez l’impératif

Un rédacteur web ne peut pas être timide. Vous ne devez pas vous limiter à laisser entendre, ou à suggérer subtilement une action. Dans certains cas, vous devez intimer des ordres clairement et fermement, afin d’amener les gens à faire ce que vous voulez qu’ils fassent. Ainsi même si l’action à réaliser peut paraitre évidente, vous ne devez pas laisser les gens sans direction. Vous devez leur dire directement quoi faire. Par exemple pour du publipostage : « Regarder à l’intérieur ! », « Ouvrez immédiatement ». Sur un formulaire de vente : « Complétez et postez aujourd’hui ! », ou « Commandez votre ebook aujourd’hui ! ».

 

Évitez les phrases longues et décousues 

Les écrivains expérimentés aiment construire des phrases longues et complexes. Cependant, des études de lisibilité montrent que votre phrase moyenne devrait être d’environ 16 mots, et n’être porteuse que d’une seule pensée. Dès qu’une phrase excède 32 mots, elle devient plus difficile à comprendre. En conséquence, malgré ce que vous dicte votre instinct créatif, lorsque vous avez une phrase longue, contenant deux ou plusieurs idées, divisez-la en plusieurs phrases distinctes. Bien entendu, il faudra varier les phrases en fonction de leur taille pour la variété.

 

 

Faites des paragraphes courts

Les longs paragraphes chargés d’idées sont très bien si vous désirez écrire un roman, mais pas si vous écrivez un article concernant une crème pour l’acné. Vous devez produire des paragraphes dont la taille ne devrait idéalement pas dépasser 7 lignes. Si un paragraphe est trop long, divisez-le en blocs plus courts. Oubliez la construction standard de paragraphes. Votre but est que vos lecteurs continuent leur lecture. Les paragraphes courts sont agréables à l’œil, et rendent la lecture plus facile et plus agréable. Prenez n’importe quel journal, et constatez à quel point la plupart des paragraphes sont courts.

 

Commencez vos phrases avec des conjonctions

Ceci comprend : et, aussi, d’ailleurs, en outre, de même, d’ailleurs, ou, sinon, autrement, mais, cependant, néanmoins, si, alors, donc. Ces mots peuvent vous aider à briser les longues phrases en de plus courtes, pour rendre votre article encore plus fluide. Ceci est particulièrement utile lorsque vous avez un certain nombre d’éléments que vous voulez inclure, et qui sont difficiles à assembler. Par exemple, « La nouvelle RX9 est deux fois plus rapide que la RX8. En outre, elle offre 12 nouvelles fonctionnalités. »

 

Écrivez comme vous parlez !

Utiliser des dialogues. « Les gens aiment particulièrement lire tout ce qui est entre guillemets. » Utilisez des pronoms comme je, nous, vous, ils. Utilisez des expressions familières, mais ne soyez pas vulgaire.

 

Utilisez intelligemment les pléonasmes

« Honni soit le pléonasme en littérature ». Mais en rédaction web il est le bienvenu, et on en use, sans en abuser : « cadeau gratuit », « appeler à tout moment 24 heures par jour ». Ces types de construction vous attireraient assurément une mauvaise appréciation en cour de français. Mais dans le monde réel, elles aident à souligner vos arguments et à clarifier votre propos. C’est discutable, et vous pouvez ne pas être d’accord, cependant il est indéniable qu’un « cadeau gratuit » sonne mieux que juste un « cadeau ». Adoptez ce qui fonctionne !

Comment devenir un brillant rédacteur web ? (2e partie)

Nous avons vu précédemment, dans la 1re partie de « Comment devenir un brillant rédacteur web ? », que pour être efficace une phrase doit contenir : fait, images, émotion, logique et promesse. Après avoir analysé les faits, nous allons continuer avec les images :

redaction-web-imagination

2 –  Créez des images

Ce n’est pas une coïncidence que la racine du mot « imagination » soit « image ». L’imagination est la capacité qu’ont les gens à visualiser le monde que vous essayez de dépeindre. Les gens intelligents aiment utiliser leur imagination. N’insultez donc pas leur intelligence, en fournissant trop d’explications, mais n’abusez pas de leur intelligence en n’en fournissant pas assez.

En utilisant des verbes actifs et des mots concrets, vous créerez naturellement des images : « Le chien saignait ». Introduisez un, deux, ou tous les cinq sens (la vue, l’odorat, le toucher, le goût, et l’ouïe), et vous renforcerez ces images : « Le chien hurlant saignait ».

Utilisez des expressions comme « imaginez ceci » ou « imagine », pour signaler à votre lecteur que vous êtes en train de dépeindre une scène.

« Imaginez un homme d’une cinquantaine d’années, portant une chemise bleue à manches longues, ses manches sont retroussées, et ses mains sont épaisses. Il est sur le bord de la route, et négocie avec un marchand une pile de blocs de béton d’occasion. »

En deux phrases, vous apprenez la couleur de la chemise, la longueur des manches, leur position, et la physionomie de ses mains. Je vous dis où il est, et ce qu’il fait dans un langage concret.

J’ai utilisé un langage précis pour vous informer de ce qu’il faisait : il ne parlait pas, il « négociait ». Ce qui est bien différent d’une simple discussion.

3 – Suscitez l’émotion

Vous créerez naturellement une ambiance en utilisant les deux étapes précédentes, cependant en tant que brillant rédacteur web, vous ne voulez certainement pas que l’émotion apparaisse comme une réflexion ajoutée après coup. Vous devez soigneusement planifier, et fabriquer les émotions.

Pour ce faire, il faut commencer par s’interroger sur l’état d’esprit dominant du lecteur. Quel problème doit-il (elle) résoudre ? Est-ce la peur de perdre un emploi ? Un conjoint ? Une bourse d’études ? La fierté de faire un don à une bonne cause ? Ou la joie d’avoir enfin obtenu la définition musculaire qu’il souhaitait pour ses mollets ?

Vous devez savoir ce qui maintient votre lecteur idéal éveillé la nuit. Ce qui le fait se lever tôt. Quels sont ses espoirs, ses rêves et ses peurs ? Puis vous devrez insérer cette émotion dans vos phrases.

« Combien de fois ces petites tragédies se sont-elles répétées dans votre vie ?

  • Vous écrivez quelque chose d’intelligent, mais tout le monde l’ignore.
  • Vous entendez parler d’une nouvelle opportunité, mais vous ne pouvez pas la saisir, parce que vous n’avez pas les compétences, ou pas assez d’assurance pour vous lancer.
  • Vous êtes négligé par tout le monde — y compris votre patron — parce que le type dans le bureau d’à côté semble tout savoir sur le référencement, le marketing par courriel, ou la rédaction web.
  • Vous entendez parler de tous les nouveaux clients que vos collègues obtiennent… Mais aucun client ne se montre à votre porte. »

J’ai identifié le malaise sous différentes formes, au point qu’il apparait évident que je possède la solution. En d’autres termes, si vous pouvez vous identifier dans ces situations, alors ma solution est probablement une bonne chose pour vous.

Cependant, notez que les quatre situations présentées évoquent toutes le rejet. Et pourtant je n’ai pas utilisé le mot « rejeter », ou l’un de ses dérivés. Je ne vous ai pas dit quelle émotion vous deviez ressentir, je vous l’ai simplement montré. Et ceci produit une grande différence dans la qualité de l’écriture.

le-brillant-rédacteur web.jpgweb4 -Faites des promesses

En tant que rédacteur web, vous n’avez pas pour objectif d’agir sur les émotions des gens, dans le simple but de jouer sur ces émotions, car ceci est le travail des romanciers et des scénaristes. Et le divertissement n’est pas le gagne-pain des rédacteurs web.

En plus des émotions, le rédacteur web a besoin que l’on trouve de l’espoir dans ses phrases, et pour cela il doit s’interroger :

Quelles promesses fait-il au lecteur dans cette phrase ?

  • Quels avantages obtiendra le lecteur ?
  • Quelle douleur/peine les lecteurs vont-ils éviter, s’ils lui obéissent ?

Par exemple :

« Je devine que vous voulez rédiger des textes qui vendent. Vous souhaitez écrire des textes si irrésistibles que vos lecteurs se précipitent au bas de la page, une fois la lecture terminée — vous suppliant de faire tout ce que vous voudrez —, que ce soit un achat, envoyer un don, ou rejoindre votre newsletter ».

La promesse est que vous pouvez apprendre à écrire. Mais écrire d’une façon si efficace, que les gens ne puissent pas résister à vos mots. Et cette promesse est irrésistible pour les personnes intéressées.

rédacteur-web-pour-tous-les-domaines5 – Pratiquez et pratiquez encore !

L’écriture de phrases séduisantes demande du travail.

Dans un premier lieu, l’introduction de ces éléments pourra paraitre artificielle et rébarbative. Ce n’est pas grave, l’objectif est d’arriver à un point où ces éléments se fondent inconsciemment dans votre style d’écriture. À ce stade, ils apparaissent naturellement dans la phrase et sont indissociables de celle-ci.

C’est un peu comme quand un instructeur de golf arrête votre swing, pour corriger votre mouvement. Le mouvement qu’il vous impose peut paraitre mécanique, rigide, dépourvu de style, mais finalement votre swing devient naturel, et l’instructeur arrête de vous interrompre.

Ci-suivent quelques exercices qui vous aideront à améliorer votre écriture :

  • Copiez des phrases percutantes : écrivez à la main 100 phrases de qualité et disséquez-les.

 

  • Soignez les titres : vos titres ne sont pas des phrases complètes, mais ils vous offrent la possibilité de vous concentrer étroitement sur ​​ce que vous écrivez.

 

  • Le sujet d’un courrier : contrairement au titre, vous pouvez l’utiliser d’une façon non conventionnelle, en rédigeant des phrases complètes et robustes : « Je pensais à vous pendant que j’étais au sauna ». Qui ne répondra pas à un tel courrier ? Mesurez l’impact, et testez d’autres idées.
  • Tweetez ! : Twitter est le mécanisme idéal pour parfaire vos phrases. Vous êtes contraint de dire beaucoup de choses, avec 140 caractères. Et vous obtenez des informations sur votre rédaction, puisque les gens répondent ou non.

Maintenant, c’est à vous d’écrire. Entrainez-vous !

Comment devenir un brillant rédacteur web ? (1re partie)

Les rédacteurs web moyens écrivent des phrases moyennes. Et je suppose que vous ne voulez pas être cantonné dans la moyenne.

Vous voulez être parmi les meilleurs, et produire un contenu remarquable. Cela signifie que vous devez écrire des phrases attrayantes, ceci sans même y penser, et tous les jours…

La recette du succès :

Aucune phrase ne sera efficace si elle ne contient que des faits. Elle doit contenir également émotion, images, logique, et promesse.

Une phrase n’a pas besoin d’en dire beaucoup, elle doit simplement dire les bonnes choses, et l’imagination fournit les informations manquantes.

Donc quand vous essayez d’amener des internautes à répondre par exemple à une demande d’abonnement à votre lettre d’information, ou à faire un don pour votre cause… Vous devez écrire des phrases séduisantes, et vous devez le faire naturellement.

Voici comment il faut procéder :

  1. Insérez des faits

Pour cela une phrase simple suffit au rédacteur web (sujet, verbe, COD) : « Honorin déteste les Brownies ». Une phrase logique et cohérente, contenant les éléments de base d’une histoire.

 Vous insérez les faits sur la base des 7 QQOQCCP (Qui, Quoi, Où, Quand, Comment, Combien, Pourquoi). La pensée doit-être précise et concrète. Cependant, la façon dont les choses sont présentées importe elle aussi.

Comparez : « Au premier jour de l’hiver, Honorin à nourri avec ses brownies le Mamouth poilus » avec « Au dernier jour de l’hiver, Honorin à nourri avec ses brownies le Mamouth poilus ». La signification est accrue dans la première phrase, réduite dans la seconde. Tout cela avec un seul mot.

Notez de même comment vos sentiments changent quand j’écris : » Au premier jour de l’hiver, Honorin à nourri avec ses brownies le Mamouth poilus, âgés de seulement trois jours ».

Ces faits nouveaux augmentent l’attrait émotionnel de cette histoire toute simple.

 

  1.   Créez des images

Ce n’est pas une coïncidence que la racine du mot « imagination » soit « image ».

definition-du-rédacteur web.jpg

La suite dans la seconde partie de « Comment devenir un brillant rédacteur web ? »